Humeurs!!








 

Quelques auteurs qui savent me faire rêver.
Paco Ignacio Taïbo 2, toute son oeuvre est pur plaisir. "Cosa facil", "Même ville sous la pluie"... Les joies et déboires d'Hector Belascoaran Shayne, privé mexicain. Humour, cynisme, mélancolie, descriptions inégalées du grand DF. Le charme d'une ville corrompue!


Une autre grande pointure de la littérature, nord américaine cette fois.
James Lee Burke.
Surnommé à juste titre "le Faulkner du roman criminel". Description d'un monde en déliquescence au coeur d'une Louisiane minée par la corruption (encore et toujours). La saga de son héros, Dave Robicheaux,  vous transportera dans une région merveilleuse aux senteurs de bougainvilliers. Mais ici s'arrête le bucolisme vite rattrapé par la réalité d'une vie faite de hantises et d'espoirs déçus...


Encore du désespoir, de l'alcool, des faiblesses humaines...
James Crumley.
Je le laisse vous faire l'article:
«J’ai ceci de commun avec mes détectives : je m’y prends aussi mal qu’eux, je suis aussi aveugle, je tombe sur des trucs par hasard ou maladresse, et quand je découvre quelque chose, c’est généralement ce que je préférerais ne pas savoir ; dans ces moments-là, mes détectives se noient dans des rivières de whisky ou s’automutilent d’une manière ou d’une autre.» © LIRE.  Extrait d'une interview pioché au hasard de de mes navigations sur l'excellent site www.lire.fr.
Les serpents de la frontière, La contrée finale, Le dernier baiser, La danse de l'ours, autant de raisons de lire ce type!!


Avec un peu de retard... Donc je vais juste reprendre les mots de La Puce...
"un écrivain de polar comme on les aime, avec un sens de la formule aussi délicieux que le premier béhenne qu'on trempe dans du lait froid après des mois d'oubli : Andrea.G Pinketts. Je viens de déguster "la madonne assassine", ça m'a donné les crocs, je sens que je vais prendre du rab ..."
Une adresse parmi d'autres...toujours dans les liens.




Il pleut en amour----Richard Brautigan un régal, à lire et relire encore. Toujours!

       

http://empirezine.com/spotlight/brautigan/brau-bio.htm  Site dédié en Anglais.

http://jimharrison.free.fr/RichardBrautigan.htm   Site dédié en Français.


Pour un Tour chez les Diggers et la contre culture américaine vue de l'intérieur...
Ringolevio,
d'Emmett Grogan.

        

Recommander

Recherche

Samedi 7 juin 6 07 /06 /Juin 12:28
Hier, en repensant à la cyber-action la ferme en vrille, j'essayais d'avoir une vision plus "globale" de ce happening, de ses tenants et aboutissants...
Tout ça pour te dire, lecteur adoré et merveilleuse lectrice, que très vite je me remémorais le bouquin de Naomi Klein, No Logo.

(Bon, j'te mets l'édition de poche, chuis fauché...)

Plutôt que te raconter le truc, voilà la quatrième de couv' de l'édition brochée:
"Aujourd'hui, le village est "planétaire", l'adolescent "mondial" et la société de consommation dominée par les marques. Les espaces publicitaires traditionnels qu'elles se sont de tout temps montré promptes à coloniser - panneaux d'affichage, télévision, cinéma, presse écrite - sont désormais devenus trop restreints pour des logos frappés d'expansionnisme galopant.
En plantant leurs drapeaux sur des territoires jusqu'à présent vierges de toute publicité, en substituant au simple objet de consommation une image capable de le faire accéder à la dimension du mythe, les multinationales ne se sont pas contentées de bouleverser les mentalités et le monde du travail, elles ont modifié l'économie de nombreux pays.
Dans cette course au profit, beaucoup sont en effet passés maîtres dans l'art de bafouer les droits de l'homme : l'esclavage moderne existe dans les zones franches industrielles ou dans certains Etats du Tiers-monde, véritables paradis fiscaux pour sociétés capitalistes. Pendant ce temps, en Occident, les usines ferment les unes après les autres et migrent sous des cieux plus complaisants, les mises à pied massives se succèdent à un rythme effréné, les contrats à temps partiel ou intérimaires remplacent les emplois permanents, les acquis sociaux sont laminés, voire disparaissent. Mais le nombre augmente de ceux qui prônent l'urgence d'une mobilisation vigilante, et qui dénoncent les abus commis par les grandes sociétés. Venant de partout, ils se rencontrent, se regroupent et s'organisent sur l'Internet : ils veulent récupérer l'espace, la rue, la forêt dont on les a privés, ils réclament des emplois et des conditions de travail décents, un partage plus équitable des énormes bénéfices des multinationales, ils refusent d'acheter des produits pour lesquels d'autres, à des milliers de kilomètres de chez eux, paient le tribut de la sueur et parfois du sang.
Ce nouveau militantisme, reflet de la pluralité sociale et ethnique de bon nombre de pays, a déjà gagné des batailles contre les logos mastodontes. Les événements de Seattle ou de Prague l'ont prouvé : il est encore temps de dire non à la tyrannie des marques."

Donc, après réflexion, j'me dis "et si on parlait de la stratégie du choc de Naomi Klein dans le prochain post?"...
Et qu'est-ce que je vois ti pas sur le blog de
Skalpa? Ben ça, La stratégie du choc!
Pour le coup c'est moi qu'en ai eu un de choc. Alors quoi, c'est de la transmission de pensée ou tout simplement deux esprits qui pensent dans la même direction? La net-révolution-vib-mouvement en action?!
Baahh! pas grave, l'essentiel, c'est que toi lecteur chéri (et lectrice chérie bien sûr!) tu vois ça!

Dont acte!


La Stratégie du Choc
envoyé par DESOBEIR

Ben ça fait froid dans l'dos, hein nom d'un p'tit bonhomme (mais non j'pense pas au magyar de petite taille! c'est juste une exclamation... sinon j'aurais mis des majuscules)!
P
as besoin de cinq cerveaux pour comprendre que plus on est choqués plus on nous empapaoutte, et que la trouille rétroactive nous empêche d'avoir mal au cul tout de suite. Le problème c'est que quand t'as mal au fion c'est trop tard pour serrer les fesses, aïe, putain les cons!
Allez, j'te laisse méditer mon précieux lecteur  et/ou ma délicieuse lectrice...

PS: pour les ceusses que ça intéresse, y a un 52 minutes en anglais, sans sous titres, hé oui désolé, une interview de Naomi Klein avec des réfs à No Logo et la stratégie du choc, et tout l'toutim,  passionant! C'est là:

http://www.youtube.com/watch?v=FKr_soG4DUA
Par Pete - Publié dans : viva-la-causa
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Bouquins




Titres, radios, radios blog, infos...





 
 
QUELQUES PETITES
CHANSONS QUE
J'AIME












LA VIE S'ÉCOULE, LA VIE S'ENFUIT

La vie s'écoule, la vie s'enfuit
Les jours défilent au pas de l'ennui
Parti des rouges, parti des gris
Nos révolutions sont trahies
Le travail tue, le travail paie
Le temps s'achète au supermarché
Le temps payé ne revient plus
La jeunesse meurt de temps perdu
Les yeux faits pour l'amour d'aimer

Sont le reflet d'un monde d'objets.
Sans rêve et sans réalité
Aux images nous sommes condamnés
Les fusillés, les affamés
Viennent vers nous du fond du passé
Rien n'a changé mais tout commence
Et va mûrir dans la violence
Brûlez, repaires de curés,
Nids de marchands, de policiers
Au vent qui sème la tempête
Se récoltent les jours de fête
Les fusils sur nous dirigés
Contre les chefs vont se retourner
Plus de dirigeants, plus d'État
Pour profiter de nos combats

Paroles de Raoul Vaneigem,
musique de Francis Lemonnier

CHANT DU DRAPEAU NOIR


Pourquoi ce drapeau teint en noir?
Pourquoi cette teinte sinistre?

L'anarchie est faite d'espoir
Et la mort n'est pas son ministre.
Nous portons le deuil des méchants
Des ambitieux et des cupides,
Des capitalistes avides
Qui font couler du sang
pour leurs penchants.
Nous annonçons l'approche
du Grand Soir
Où les tyrans iront au pourrissoir.
Le capital engendre tous les crimes
Et nous portons le deuil de
ses victimes.

Pourquoi ce drapeau teint en noir?
Pourquoi la couleur fatidique?


Nous portons le deuil du pouvoir,
De l'État, de la Politique.
Nous voulons notre liberté
Et proclamons : Quoi qu'on dise,
Chacun pourra vivre à sa guise
Quand sera mise à mort l'autorité.
Nous annonçons la fin des potentats
Filous, voleurs, menteurs et apostats.
La liberté rend égaux tous les êtres
Et nous portons le deuil
de tous les maîtres.

Pourquoi ce drapeau teint en noir,
Couleur d'une grande tristesse?

Les hommes, enfin, vont avoir
Leur commune part de richesse.
Nous portons le deuil des voleurs
Qui tous les jours font des bombances
Pendant que, dès leur prime enfance,
Péniblement triment les travailleurs.
Nous annonçons humaine société
Où tous auront bien-être et liberté.
Du patronat les formes sont maudites
Et nous portons le deuil des parasites.
Pourquoi ce drapeau teint en noir
Ainsi que le corbeau vorace?

Les humains viennent d'entrevoir
Qu'ils sont tous d'une même race.
Nous portons le deuil des soudards
Vivant de rapine et de guerre.
Les peuples veulent être frères
Et des nations brûlent les étendards.
Nous annonçons l'ère de vérité,
Ère d'amour et de fraternité!
Des généraux l'existence est flétrie
Et nous portons le deuil de leur patrie.

Pourquoi ce drapeau teint en noir?
Est-ce une religion suprême ?
L'homme libre ne doit avoir pour
penser nul besoin d'emblème!

L'anarchiste n'accorde pas
A ce drapeau valeur d'idole,
Tout au plus n'est-ce qu'un symbole,
Mais en lui-même il porte son trépas
Car annonçant la fin des oripeaux
Il périra comme tous les drapeaux.
En Anarchie où régnera la Science,
Pour tout drapeau, l'homme
aura sa conscience !

Chanson de Louis Loréal (1922)













LE PERE LA PURGE


Je suis le vieux Père Lapurge
Pharmacien de l'Humanité
Contre sa bile je m'insurge
Avec ma fille Égalité
J'ai ce qu'il faut dans ma boutique
Sans le tonnerre et les éclairs
Pour bien purger toute la clique
Des affameurs de l'Univers

Son mal vient des capitalistes
Plus ou moins gras à la ronger
En avant, les gars anarchistes
Fils de Marat, faut la purger !
J'ai du pétrole et de l'essence
Pour badigeonner les châteaux
Des torches pour la circonstance
A mettre en guise de flambeaux

J'ai du picrate de potasse
Du soufre, du chlore en tonneaux
Pour assainir partout où passent
Les empoisonneurs de cerveaux
J'ai des pavés et de la poudre
De la dynamite à foison
Qui rivalisent avec la foudre
Pour débarbouiller l'horizon

Le gaz est aussi de la fête
si l'on résiste à mes joyaux
au beau milieu de la tempête
je fais éclater ses boyaux

J'ai poudre verte et mélinite
De fameux produits, mes enfants
Pour nous débarrasser plus vite
De ces mangeurs de pauvres gens
J'ai pour les gavés de la table
La bombe glacée à servir
Du haut d'un ballon dirigeable
Par les toits pour les rafraîchir

Voleuse et traîtres, bourgeoisie
Prêtres et bandits couronnés
Il faut que d'Europe et l'Asie
Vous soyez tous assaisonnés
J'ai ce qu'il faut dans ma boutique
Sans le tonnerre et les éclairs
Pour bien purger toute la clique
Des affameurs de l'Univers


Paroles et musique de Constant MARIE.















On ne rigole plus. Le premier décembre est passé. Le VIH est resté.
Prenez soin de vous, des autres que vous les aimiez ou non.
Protégez vous. Manifestez. Tous avec Act up-Paris!!
Les bonnes volontés sont rarement récompensées. C'est pas une raison. Soyez militants. http://www.actupparis.org/
Le VIH est un tueur. Ne soyez pas son complice.










Que se passe-t-il?
James Ellroy a-t-il été enlevé par le FBI? A quand la suite bon sang?! Qu'est ce qu'ils deviennent Pete, Junior, et Barb? C'est long!!












Quelques mots pour vous parler des Diggers. Mouvement de la contre culture américaine des années 60 et 70 dont l'esprit perdure...voir le site

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus